Consommation par les valeurs

Pour une économie de la confiance

Henry Peyret
  • Homme
  • lille
  • France

Amis de Henry Peyret

  • Todd Holmquist-Sutherland
  • Piotr Weclawski
  • Laurent BOUTAL
  • Julien
  • Walid el Abed
  • Kimberly
  • astridemalet
  • Benoit Smagghe
  • Agnes Rosoor
  • Yann Azoury
  • EL GUINDOU
  • Gsegner
  • tai-ning
  • CAMILLE CANQUE
  • James Lapalme

Cadeaux reçus

Cadeau

Henry Peyret n'a reçu aucun cadeau pour le moment

Offrir un cadeau

 

Page de Henry Peyret

La société de la défiance

J'ai entendu la semaine dernière un échange sur BFM dans lequel ils citaient une étude sérieuse comme quoi les français seraient un des peuples les plus défiant. Nous nous méfions des institutions, des politiques, de la justice, etc. Le livre cité est le suivant :
"La société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit". Yann Algan et Pierre Cahuc in Editions Rue d’Ulm, décembre 2007
Cela date de la dernière guerre mondiale et a été caché durant les 30 années dites glorieuses durant lesquelles la croissance a caché cette défiance. Elle est réapparue dès le premier choc pétrolier et se développe depuis.

Ainsi on en vient de plus à se méfier des produits que nous achetons et consommons. Sont ils nocifs? Y-a-t-il un juste prix quand tout peut être acheté le lendemain en solde ou en promo? Les produits intègrent-ils des matières allergisantes? Sont ils réellement bons pour notre santé?

Il ne se passe pas une année sans un gros scandale. Les colorants, les hormones en leurs temps, les OGM, le clonage, l'huile de palme, etc.

La confiance des consommateurs se perd. Et plus les échanges se feront sur Internet ou via la grande distribution, plus ce lien de confiance continuera de se dégrader. Mais nous ne voulons pas aller contre ce changement sociétal et ce n'est pas notre objectif. L'objectif est de recréer un cercle vertueux en apportant plus de transparence sur la qualité des produits. Mais chacun restera libre de ses choix.

L'objectif est par exemple d'utiliser le principe du commerce équitable aussi pour nos paysans et de mettre ce principe à la portée de tous. L'objectif est de mettre par exemple la culture raisonnée à la portée de tous et pas seulement le bio pour ceux qui ont les moyens. Que ceux qui font bien leur boulot à ne pas mettre n'importe quoi dans leurs produits/services et soient récompensés par le marché. Ce n'est plus le cas actuellement ou seulement celui qui a le plus de moyens financiers écrase les autres à coup de plublicité. Des études sérieuses montrent que les marques perdent lentement mais surement de leur notoriété et que le consommateur a de plus en plus le sentiment d'être manipulé.

Ce projet est possible. Par exemple en filtrant les bannières de publicité qui nous assaillent alors qu'elles sont triées suite à la vente aux enchères organisée par Google. Donc l'argent trie les liens plutot que les "valeurs" auxquelles vous croyez..

Dites moi ce que vous en pensez. Vos réflexions. N'hésitez pas à venir débattre dans les différents groupes. Partagez vos idées.

Henry

Blog de Henry Peyret

Conférence Optimisme Numérique sur le plateau de Saclay

MonSaclay organise le 23 juin prochain à 19h une conférence dénommée Optimisme Numérique http://www.monsaclay.fr/2016/03/26/appel-a-presentations-conference-loptimisme-numerique/

Avec 5 autres intervenants j'interviens à cette conférence, débat, discussion...

Venez nombreux mais attention c'est sur inscription et les places sont limitées à 80.

Au plaisir de vous…

Continuer

Publié(e) par 26 avril 2016 à 11:23

Réinventons les organisations

George Epinette m'a envoyé hier un lien youtube sur une conférence enregistrée sur Youtube à propos d'organisations sans hiérarchie de pouvoir, sans stratégie établie à l'avance mais avec des "raisons d'être" qui fonctionnent incroyablement bien et efficacement car chaque employé trouve une place à la mesure de sa dimension humaine.…

Continuer

Publié(e) par 4 février 2016 à 14:37

Le manifeste de la consommation par les valeurs

Bonjour à tous,

Après 5 ans de gestation, de débats, de réflexion, d'accumulation de "preuves" ou de chiffres nous rentrons dans une nouvelle ère pour customersvalues. Il est temps maintenant d'aller porter cette vision pour la consommation par les valeurs auprès de différents publics. Georges Epinette et moi même avons écrit un premier jet d'un manifeste pour expliquer ces prochaines actions et les situer dans cette transformation du monde que beaucoup d'entre nous entrevoient et que…

Continuer

Publié(e) par 27 janvier 2016 à 14:03

Informations positives

Hier lors d'une des présentations que je délivre actuellement, j'ai croisé quelqu'un de Radio France et on en est venu à parler combien il était difficile de répondre à nos adolescents quand ils nous expriment à nous parents, adultes leur désespoir devant un monde avec la guerre, la violence, le sida, la pollution, le climat, les réfugiés, et j'en passe.

Je lui racontais alors combien la lecture du livre de Laurent Gounelle "Le philosophe qui n'était pas sage" a été un…

Continuer

Publié(e) par 20 novembre 2015 à 9:35

Mur de commentaires (8 commentaires)

Vous devez être membre de Consommation par les valeurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Consommation par les valeurs

Le 18 novembre 2012 à 16:32, Viart Floriane a dit...

Oui, bien sûr, nous pourrions nous mettre d'accord sur une date 

Bonne journée

Floriane Viart 

Le 24 mars 2011 à 3:28, Michel Dufresne a dit...

Bonjour Henry et a la communauté Consommation par les valeurs!

Je trouve cette initiative très intéressante car elle rejoint plusieurs aspects qui me sont d’intérêt: une cause noble, application du web sémantique et application de réseaux sociaux.

 

D'un coté technique, l’élaboration d'une ontologie (a l'aide d'un outil tel que Protégé) modélisant les produits et services serai un bon point de départ pour la construction d'une base de connaissance. Cette base de connaissance, existant sure le web, recevrais de l'information sur les produits et services par plusieurs sources. Le niveau de confiance de l'information obtenue serai fonction du nombre de sources confirmant l'information ainsi que le niveau de confiance de la source elle même.

 

La base de connaissance peut déduire un certain nombre d'information a partir de l'information obtenue. Par exemple, si une source rapporte qu'un site utilise le travail des enfants et une autre rapporte qu'une entreprise manufacture des produits a ce site, alors il est deduit que l'entreprise utilise le travail des enfants.

 

Le consommateur a l'aide d'une application sur son téléphone intelligent, peut faire une requête a la base de connaissance en fonction des valeurs de l'usager. Par exemple, es-ce que l'entreprise xyz utilise le travail des enfant? etc.

 

D'autre applications peut consister a faire l'analyse de nouvelles RSS pour extraire de l'information a soumettre a la base de connaissance en utilisant le principe de 'softbot'. 

 

Beaucoup de projets intéressant et pour une bonne cause!!

Le 17 septembre 2010 à 10:22, Francisco Javier Esteve a dit...
Merci. Le Français, ça ira aussi bien que l'Anglais!
Le 7 avril 2010 à 23:22, Timothée de Laitre (@TimDL) a dit...
Bonsoir Henry,

Je viens de découvrir votre initiative via Twitter, et celle-ci m'intéresse personnellement et professionnellement.

D'abord je suis d'accord avec vous sur le constat, et l'état de défiance général des consommateurs envers les produits et les marques.

Je suis aussi d'accord sur le fait que partie de cette défiance est générée par le recours obligé à la grande distribution pour une majorité de la population pour des raisons économiques (le bio et les bons produits coutent plus cher) et des raisons démographiques et géographiques (nous vivons majoritairement en ville, difficile donc d'aller directement au producteur).

Cependant il y a un point où je pense pouvoir apporter mon modeste concours à ce réseau, c'est la dimension Internet de tout cela.

Vous dites:

"Et plus les échanges se feront sur Internet ou via la grande distribution, plus ce lien de confiance continuera de se dégrader."

Je comprend ce que vous entendez par là, qu'Internet dématérialise les relations humaines ce qui a priori entraine une déshumanisation du tissu économique.

Cependant lorsque l'on regarde d'un peu plus près Internet, de par la démultiplication des points de contacts entre les individus, celui-ci démultiplie aussi les opportunités d'échanges et de conversation entre les différents acteurs économiques.

On a ainsi pu voir naitre des sites web mettant les consommateurs en lien direct avec les producteurs et ce dans différents secteurs (MyFab pour le meuble, Regioneo pour l'agriculture).

Aussi, différents sites web, surfant sur cette idée de relation directe entre les consommateurs et les producteurs ont vu le jour en proposant aux consommateurs de créer eux-même le produit que les producteurs réaliseraient. Ce concept s'appelle le social commerce et semble promis à un bel avenir!

J'espère que cela a pu aider!

bonne continuation

Timothée
twitter: @timdl
Le 7 avril 2010 à 18:48, Alain Wegmann a dit...
Merci pour ton invitation. Pour être franc, je n'ai jamais pratiqué de tels sites et donc je ne suis pas sûr de comment contribuer. Néanmoins bonne initiative (si j'ai bien compris son but) ! Je vais essayer de contribuer au mieux.
Le 6 avril 2010 à 14:16, Verónica Sánchez Almagro a dit...
Je souhaite bonne chance à une aussi bonne initiative...
Le 6 avril 2010 à 12:14, Tomaž Gubenšek a dit...
Merci Henry.
Le 5 avril 2010 à 22:27, Marie-Pascale Martinage a dit...
c'est parti ! ;-)
 
 
 

© 2017   Créé par Henry Peyret.   Sponsorisé par

Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation